Dans un entretien avec le quotidien Nice Matin, Christian Estrosi dresse un portrait dramatique de l’état des finances de la Ville. Maire depuis près de 15 ans, il ne peut s’exonérer de sa responsabilité absolue dans cette situation.

Depuis son élection, Christian Estrosi n’a eu de cesse de répéter que “s’endetter c’est s’enrichir”, chaque fois que nous le mettions en garde sur la trajectoire financière de la commune et de la Métropole.

Voici à peine un an, lors du Débat d’orientation budgétaire au Conseil municipal le 21 janvier 2022, Christian Estrosi répondait au vice-président de notre groupe Jean Moucheboeuf : “Vous savez, vous me faites marrer. (…) Vous expliquez à chaque fois que l’année prochaine ou dans les deux ans, effet ciseau, la dette explose, les déficits ne permettront plus rien. Il se trouve que cela fait bientôt vingt ans et cela fait vingt ans que je continue à miser sur l’investissement qui produit, qui crée de la richesse, etc. Cela fait vingt ans que vos discours d’orientations budgétaires et de budget sont démentis.”

Le maire-président se permettra-t-il à nouveau une telle arrogance ? Car, malheureusement, nos alertes répétées sont désormais confirmées : en creusant toujours davantage la dette, Christian Estrosi a mis notre commune en danger, il l’a fragilisée. Il y a 350 ans déjà, un certain Jean de La Fontaine mettait en garde sur le fait de dépenser sans compter…

Il y a 5 ans, sa mauvaise gestion avait déjà amené Christian Estrosi à créer un nouvel impôt (sous les vives recommandations du Préfet) avec la création de la taxe métropolitaine. Cet avertissement n’aura donc pas été suffisant. Continuant de cumuler les projets délirants ou inutiles, continuant d’endetter la Ville et, donc, les Niçois, voilà que Christian Estrosi implore désormais le soutien de l’État et envisage d’augmenter les impôts.

BASTA ! Les élus d’union de la droite et des patriotes, première force d’opposition au sein du Conseil municipal et du Conseil métropolitain, se battront de toutes leurs forces contre toute augmentation des impôts. Après la création de l’impôt métropolitain en 2018, l’augmentation à venir des tarifs des transports, alors même que nous subissons déjà une inflation terrible et une explosion du coût des énergies, les Niçois ne peuvent pas subir une nouvelle attaque de leur pouvoir d’achat à cause du manque de prévoyance d’Estrosi. Que le maire-président commence par faire des économies en abandonnant la destruction d’Acropolis (un sondage révélé par le site Nice Presse aujourd’hui même démontrant que l’extension de la coulée verte n’a rien d’essentiel aux yeux des Niçois) et en relançant son activité !

Philippe Vardon
Conseiller municipal et métropolitain, Président du groupes des élus d’union de la droite et des patriotes Retrouver Nice
Conseiller régional

fr_FRFrench